Patrimoine

> Vous êtes ici : DECOUVRIR > Histoire et patrimoine > Patrimoine

Aula Carolingienne

L'aula carolingienne de Doué-la-Fontaine

Doué la Fontaine possède cet édifice archéologique unique qui constitue un maillon essentiel entre le simple habitat princier du Xe siècle et la demeure fortifiée du XIe siècle.

Située au premier rang des vestiges des demeures carolingiennes, elle est considérée comme le plus ancien monument de la ville. Elle est unique en France.
Située sur une éminence de terre désignée sous le nom de « Motte de la Chapelle », elle a été découverte en 1966.  Lors de travaux d'arasement de la motte,  un engin mécanique éventra le tertre et mit à jour des traces de maçonneries qui intriguèrent immédiatement les spécialistes. Le chantier fut aussitôt stoppé et des fouilles commencèrent l'année suivante, pendant 3 ans, une équipe d'archéologues de l'Université de Caen a travaillé à la mise à jour de cette aula.

Ces travaux ont permis de découvrir un vaste bâtiment rectangulaire d’environ 20 mètres sur 17 mètres. L'épaisseur moyenne des murs oscille entre 1,58 mètre et 1,72 mètre. L'appareil est très irrégulier, tantôt en petits moellons, tantôt en blocs plus importants, généralement caractéristiques des premiers temps de la construction médiévale.

C'est vers l'an 900 que celle-ci aurait été érigée, probablement par Robert comte d'Anjou, maître de la contrée à cette époque.
Ce bâtiment fut la résidence de Louis le Pieux, fils de Charlemagne, c’est d’ailleurs dans cette demeure qu’il apprendra la mort de son père et qu’il prendra conscience de son héritage. Plus tard, ravagée par le feu, elle fut enterrée sous une motte sur laquelle le seigneur du lieu édifia une tour de bois qui lui servit de résidence fortifiée.
Emmottée pendant plus de 9 siècles, on peut aujourd'hui admirer le travail intact de maçonnerie de l'époque.

Les Ecuries Foullon

Les écuries Foullon de Doué-la-Fontaine

Sous l’impulsion du Baron Foullon ces écuries furent construites au XVIIIème siècle. Le Baron Foullon fut l’une des premières personnes victime de la révolution. Le château fut détruit, seules les écuries furent épargnées
Aujourd’hui, le musée "Aux Anciens Commerces", situé à l’intérieur de ces écuries, redonne vie au commerce de détail en milieu rural de 1850 à 1950, grâce à la reconstitution d'une vingtaine de boutiques présentées sur deux niveaux. Du p'tit café à la chapellerie, en passant par l'épicerie, le barbier-coiffeur, c'est un formidable voyage dans le temps.

A proximité : la Roseraie Foullon (jardin des roses municipal)
À l’intérieur de ce jardin sont réunies plus de 500 variétés de rosiers modernes, anciens, buissons, miniatures, tiges, pleureurs, grimpants, lianes, couvre-sols, tapissant ainsi une centaine de variétés de clématites, hydrangéas, vivaces, bulbes….

Les Arènes

Les arènes de Doué-la-Fontaine

A la limite de Douces et Doué, existe un très bel édifice creusé dans la pierre coquillière : les Arènes. On ne connaît pas la date exacte à laquelle elles ont été construites, probablement entre le VIème et le IXème siècle. Après y avoir produit de nombreuses pièces de théâtre, Rabelais y fera d’ailleurs plusieurs fois allusion dans « Pantagruel », les Arènes ont été utilisées comme auberge au XVIIIème siècle, puis comme prison à la Révolution. En 1959, sous l’impulsion de Jean Bégault, maire de la ville, des rosiéristes douessins créèrent les « Journées de la Rose » dans ce site remarquable. Site emblématique de la ville, les arènes abritent de nombreuses manifestations dans l’amphithéâtre (Festival d’Anjou), dans ses caves et  dans ses anciens halls.

Les Ruines Saint Denis

La Collégiale Saint Denis de Doué-la-Fontaine

Edifiée au Xème siècle, elle est de style gothique, cette église a subi de nombreuses épreuves au cours des siècles : guerres, pillages, incendies … Dès 1811, on utilisa les pierres de l’édifice pour construire les maisons voisines. Pour mettre fin à ce massacre, la municipalité de Doué en fit l’acquisition. Elle fut classée Monument Historique.
Cette église témoigne de la beauté architecturale des bâtiments de cette époque.

Voir l'album

Les Fontaines

Les Fontaines à Doué-la-Fontaine

Ce sont certainement les fontaines, dans la région où les points d’eau étaient rares, qui ont donné naissance à la ville de Doué. Le premier baptistère, appelé St Jean Baptiste, fut fondé vers le IV ème siècle, près d’une de ces fontaines. Il se trouvait à l’entrée du théâtre actuel. Au Moyen-Age, les fontaines de Doué étaient considérées comme les plus belles d’Anjou. Le baron Foullon fit creuser au XVIIIème siècle deux bassins, un lavoir pour les blanchisseuses et un abreuvoir, dont le premier subsiste encore.

 

 

Eglise Saint Pierre

Eglise Saint Pierre de Doué-la-Fontaine

La construction de l'église actuelle est fixée au XVe siècle, elle est bâtie en remplacement de la première, édifiée en 1040. Pendant la Révolution, elle accueillit des prisonniers vendéens, puis fut transformée en entrepôt. Elle devint Temple de la Raison en l'An III de la République et le culte de l'Etre Suprême y fut célébré ; dans le même temps les cloches furent enlevées et envoyées à Saumur. Au XIXe siècle, les curés successifs s'employèrent à embellir l'église et ajoutèrent un baptistère, 2 petits autels, des vitraux et la chapelle sud. L'église, de style gothique, possédait autrefois des pinacles et des clochetons, hélas démolis, et le clocher d'ardoise a remplacé un beau clocher en pierre.

 

 

 

 

Eglise de la Chapelle

Eglise La Chapelle à Doué-la-Fontaine

Au 11ème siècle, une chapelle dédiée à Notre Dame fut donnée par le chevalier Guillaume ROUFFAIN aux moines de Saint Maur.
Les religieux de Saint Maur établirent dès avant 1105 un prieuré et y constituèrent une paroisse.
L'église dédiée à la vierge avait pour patron secondaire Saint Hilaire. Elle datait du 12ème siècle, mais lors de sa démolition en 1875, elle était toute déformée par une série de reconstructions datant du 15ème siècle. Un terrible ouragan avait causé d'importants dommages à l'église le 15 Mars 1751.
Après réflexion le Conseil Municipal décide de la reconstruire au  XIXème.
Cet édifice de style roman à toujours été distincte de Doué car séparée par le mur de la ville. L’église de la Chapelle date du XIIème siècle. Elle avait pour baron initial le baron de Doué. Foullon acquit le prieuré et tous ses droits en 1772.

Eglise de Douces

 Eglise de Douces à Doué-la-Fontaine

Douces faisait partie, au 9ème siècle, de la "Villa Spinacra" qui fut divisée à cette époque en trois
Paroisses: Montfort, Brossay et Douces. Suite au don de Charlemagne en 1001 au chapître Saint Maurice une église  fut construite et une petite agglomération se fonda autour. Un curé, Pierre Marty, fut nommé en 1802
L’église et le presbytère sont en bon état, le clocher ne tient ni au chœur ni à la nef, il est adossé autour et en dehors entre l’un et l’autre. Elle est dédiée à Saint Maurice et comporte une base romane, mais elle fut entièrement reconstruite de 1863 à 1867 dans le style du 13ème siècle.

Eglise de Soulanger

Eglise de Soulanger à Doué-la-Fontaine

Avant la Révolution, Soulanger n'était qu'un hameau dépendant de Doué. En 1790, Soulanger comptait 950 habitants, la plupart logeaient en caves, les mariages, naissances et sépultures étaient enregistrés à Doué.
L'église actuelle, n'existe que depuis le Concordat (accord entre Rome et Napoléon pour sortir de la Révolution). C'est une grange aménagée, accolée au clocher construit en 1811.
L'autel et la croix ont été donnés et fabriqués à partir de matériaux donnés par les habitants de Soulanger. Il y a une dizaine d'années, grâce à l'apport de l'Association d'Education Populaire de Soulanger, l'intérieur de l'église a subi une réfection totale, ce qui lui donne un caractère chaleureux.

Aujourd'hui, l'église de Soulanger est l'église la plus sollicitée pour la paroisse après celle de Doué St Pierre. En effet les jeunes, les enfants s'y retrouvent pour des célébrations plus particulières. Beaucoup de baptêmes y sont célébrés, des conférences et formations peuvent y être organisées.
L'espace ainsi aménagé permet une meilleure convivialité sans nuire à la visibilité.

Mairie centrale de Doué-en-Anjou
16, place Jean Bégault
BP 60049
Doué-la-Fontaine
49700 Doué-en-Anjou

Tél. 02 41 83 11 83
mairie@ville-douelafontaine.fr

Horaires d’ouverture :
Du lundi au vendredi de 9h à 12h30
et 14h à 17h30 (17h le vendredi)
et samedi : 9h-12h

Contacter les différents services
icon_meteo

Mercredi 29 mars

19 : 04